Aux 4 canaux, y a tout ce qu’il faut !

PALAVAS

Ici, se croisent, le Lez et le canal du Rhône à Sète

C’est presque sous le pont routier de Palavas, en bord du canal du Rhône à Sète que se trouve cet étrange endroit. Le canal croise le Lez. C’est un lieu de pêche. Baptisé les « 4 canaux ». Sur ce petit bout de terrain est installé une maison actuellement inoccupée. L’architecture fait penser aux années cinquante. Sur le portail sont inscrites trois lettres VNF pour Voies Navigables de France.

Aux quatre canaux – Palavas – vue du Lez avant son croisement avec le canal du Rhône à Sète – Photo © JJF 2018 

Lieu de pêche de Jeannot

C’est ici que Jeannot vient pêcher depuis 20 ans tous les jours ou presque de sa paisible retraite. « Je pêche au pain que je fais moi-même, je ne vais pas dépenser des sous pour ça ! » dit-il. C’est vraiment pour s’occuper et se distraire car il remet à l’eau toutes les prises. Il est tout content de voir le ciel s’obscurcir car l’orage et la pluie sont favorables à la pêche.

Vue du Lez à Palavas depuis les 4 canaux en direction de Montpellier – Photo © JJF 2018 

En partant des « 4 canaux » et en remontant le Lez sur la rive gauche vers Montpellier, à l’air libre, sont installées des sortes d’immenses étagères superposées .

Port à sec de Palavas pour bateaux à moteurs jusqu’à 7m de longueur – Photo © JJF 2018 

A sec, 300 places pour des bateaux

C’est le port à sec. En cet après midi de semaine, hors saison, il n’y a pas d’affluence. Il n’empêche que l’endroit est sous haute surveillance. Face à la pénurie et au coût des places au port, cet établissement a progressivement créé depuis 2004, ce système de stockage sur « étagères » pour des petites unités à moteur d’une longueur de 7m maximum.

Aujourd’hui, c’est un véritable port qui peut accueillir 300 navires. Il offre, non seulement le stockage des bateaux, mais aussi le gardiennage ainsi que des équipements pour les navigateurs tels que des douches, un coin de pique-nique.

Vue depuis le Lez, le ponton d’accueil donne accès au port à sec de Palavas  – Photo © JJF 2018 

De larges pontons flottants bordés de palmiers ombragent les bateaux en attente d’enlèvement.

Vue depuis le Lez, le ponton d’accueil permet d’attendre la prise en charge du bateau au port à sec de Palavas  – Photo © JJF 2018 

« On déplace des millions par jour » nous explique un homme qui se demandait ce que l’on faisait là, « il faut être vigilant. Au plus fort du trafic nous avons mis à l’eau près de 100 bateaux en une journée et le soir ce fut l’inverse. Avec une moyenne de 50.000 euros par bateau, mieux vaut éviter la casse ».

Vue sur le Lez, depuis la rive au port à sec de Palavas  – Photo © JJF 2018 

Ils sont alors attrapés par une énorme machine équipée de deux longues tiges qui descendent dans l’eau et se glissent sous la coque. Cela fonctionne ensuite comme un ascenseur. Le conducteur déplace l’engin jusqu’à l’emplacement prévu où le bateau est délicatement posé.

L’ascenseur à bateau du port à sec de Palavas  – Photo © JJF 2018 

Station service directement sur le Lez

Le super marché situé juste à côté du port à sec dispose d’une station d’essence pour les automobiles. Bien disposé en bord du Lez, le gérant a pu faire installer une pompe supplémentaire qui délivre du sans-plomb 95. Un petit ponton flottant permet aux plaisanciers d’accoster et de venir ravitailler en carburant leurs embarcations. Si aujourd’hui il n’y a personne, le caissier de la station, assure que l’été il y a la queue sur le fleuve « surtout en Août ».

Un petit ponton flottant permet aux plaisanciers d’accoster et de venir ravitailler en carburant leurs embarcations sur le Lez à Palavas  – Photo © JJF 2018 

Le capitaine Némo est passé par là

En partant du super marché et en poursuivant le long de la rive par la piste cyclable, il n’y a plus de constructions de ce côté du Lez. La berge est couverte d’herbes et d’arbustes en tous genres. Ca et là un dispositif en bois ou en métal, en plus ou moins bon état sont censés servir de pontons pour amarrer les bateaux.

Sur le Lez à Palavas, de nombreuses épaves gisent le long des berges – Photo © JJF 2018 

Parfois abandonnés, lire notre tentative d’article sur le sujet, certains sont presque totalement immergés. C’est le cas d’un navire qui a eu dans la région son heure de gloire, peut-être une trace du capitaine Némo. [Lire l’article sur le sujet : Naufrage de l’amitié ]

Les commentaires sont fermés.