Sport – Et le peuple redevint fier

MONTPELLIER

Finale de la coupe du monde de foot 2018

Quatre vingt dix minutes d’un jeu intense suffisent pour qu’un territoire en forme d’hexagone et ses satellites répartis sur la planète, se lèvent et brandissent la même bannière : le drapeau de la nation. L’équipe de France est devenue championne du monde de football. Le score est de quatre buts à deux. Seulement deux buts d’écart Le temps d’un match, un peuple et ses deux yeux partagent l’angoisse puis l’exaltation de cette dizaine de joueurs. La voix se fait concordante. La fierté nationale est de retour.

Mandzukic, marque contre son camp.

Telle est pris qui croyait prendre, dix huitièmes minutes de jeux, lors d’un corner de Griezmann, l’attaquant Croate, Mandzukic, marque contre son camp. Un but pour la France. Ce n’est pas le dernier. Le match bascule. La confiance passe résolument du côté français. La Croatie est blessée.

L’assurance, n’entraine pas forcément l’aveuglement, mais elle n’est pas toujours bonne conseillère.

Dix minutes suffisent pour que la puissance du tir de Perisic en pleine lucarne, fasse que, violemment le ballon pénètre dans la cage française et marque un but pour les Croates. L’égalisation à vingt-huit minutes n’est pas une bonne nouvelle pour la France. Tous les efforts et l’énergie dépensée sont réduits à néant.

Le match repart à zéro. Le public est dans tout ses états.

Griezmann, sans hésitation, frappe et marque

La chance tourne. Le même Perisic commet une faute. Sa main traîne devant ses buts et touche la balle. L’arbitrage vidéo confirme. La France tire le corner, Griezmann sans hésitation frappe et marque le deuxième but, dix minutes exactement après la lucarne du Croate. Voilà qui est fait et bien fait. La France domine 2 à 1. La Croatie tente avec brio mais sans succès de rattraper le score.

La mi-temps passe par là. On imagine bien les échanges de chaque équipe avec son entraineur. Rien n’est joué.

La Croatie lâche les chevaux. Elle attaque sans cesse. Plusieurs fois le joueur français, Mbappé, se place de côté, à proximité de la cage de l’adversaire.  Il est clair, qu’il a un plan, il attend la bonne balle. Elle arrive à la cinquante neuvième minute, il ne reste que trente minutes de jeux.  Il a sa balle, il la passe à Griezmann qui passe à Pogba qui tire. Hélas la balle est contrée. Pas de but. Pourtant elle y était presque. Pogba reste concentré. Il aperçoit la balle qui revient vers lui. En une fraction de secondes, il tire. Le filet de la cage bouge sous la violence du choc. Le troisième but est acquis. 3 à 1 pour la France.

Les jeux ne sont pas tout à fait faits mais, l’écart est important. Le moral de l’équipe Croate en a pris un coup. La France elle est revigorée. Depuis le début du match, soixante cinq minutes de jeu se sont écoulées. Mbappé voit sa chance arriver. Pas une seconde, il hésite. Sa frappe vigoureuse réduit encore la possibilité que remonte au score la Croatie, Quatre à un pour la France.

Avec brio et une combattivité sans faille, la Croatie, quatre minutes après,  profite d’une faute du gardien Français, Lloris pour engranger un but supplémentaire.

Quatre à deux c’est le score final. La France est championne du monde pour la deuxième fois. Elle met une deuxième étoile sur son maillot.

Ce dimanche est le résultat, l’aboutissement d’un combat physique, sans merci, d’un mélange de tactique et d’un rapport de force et de puissance, qui dure depuis 15 jours, date de début de la coupe du monde. Les deux équipes éliminent successivement quatre équipes. La France pas favorite au départ, fait son chemin.

Le peuple de France avec à la tête son jeune Président, retrouve une fierté commune.  Certains peuvent critiquer cet opium footballistique, d’autres s’en réjouir et tirer des enseignements sur l’état d’une nation et son devenir. Ce qui est certain, c’est que pendant 90 minutes, les équipes de Croatie et de France, en respectant les règles établies, en pratiquant en commun un sport largement répandu dans le monde, en jouant le jeu d’une finale hors norme, en se soumettant aux décisions d’un arbitre, illustrent une certaine idée du rapport à l’autre.

Balles et passes

Equipe de France

Possession de balles​
34%
Nombre de passes​
37%
Précision des passes ​
68%

Equipe de Croatie

Possession de balles​
66%
Nombre de passes​
67%
Précision des passes ​
83%

Les commentaires sont fermés.